Le trouble obsessionnel compulsif

Je vous partage mon expérience personnel sur ce qu’on appel le trouble obsessionnel compulsif ou le T.O.C. pour les intimes. Non, ce n’est pas la maladie où tu fais juste te laver les mains 10 fois ou que tu regardes ta porte si elle est fermée à clé pendant 5 minutes. Malheureusement, il est souvent, à tort, pris pour quelque chose de banal qu’un peu tout le monde a au quotidien.

Je me souviens avoir eu mes premiers symptômes du T.O.C. dès l’âge de 10 ans. Évidemment, je n’étais pas diagnostiquée atteinte de ce trouble. C’est en analysant mes comportements avec des professionnels de la santé que j’ai compris que c’était bien ce qui se manifestait. Tout cela a commencé par une ou deux nuits en 2005 durant lesquelles je m’étais réveillée en panique et en pleurs. J’avais 11 ans et j’avais encore besoin de la réassurance de mes parents à cet âge. Dans les jours qui ont suivi, je ne cessais pas de demander à mon père si j’allais bien dormir de les nuits qui arrivaient. On peut se dire que c’est normal pour un enfant de demander à ses parents des questions plusieurs fois. Mais la différence est que si je ne le demandais pas un tel ou tel nombre de fois, je n’étais pas du tout rassurée. Évidemment, mon père comme tout bon parent me répondait que j’allais bien dormir sans savoir que c’était de la réassurance malsaine que je recherchais dû au T.O.C.

Vers la fin de l’adolescence, j’ai commencé à développer des symptômes d’anxiété plus sérieux, et ce, dus à différentes raisons. Je me suis mise à ne plus être capable de porter des vêtements bleus sauf les jeans, je me suis mise à éviter certains nombres et j’avais souvent peur qu’en portant tel ou tel vêtement que cela allait me porter malheur. J’appelais même parfois mes parents au travail pour leur demander de la réassurance. Cette période est restée pendant les quelques années qui ont suivi mon adolescence avant de prendre de la force tel une bête.

L’an dernier en 2018, en revenant d’un voyage en Europe, j’ai commencé à développer ce qu’on appel des phobies d’impulsions. Des phobies d’impulsions se caractérisent par des idées intrusives touchant différent thèmes telle la propreté, la peur de faire du mal, la peur d’être pédophile, celle d’être attiré par le même sexe et chez les gens gays ou lesbiennes la peur de ne pas être attirée par le même sexe, mais bien d’être hétéro. Le toc peut prendre les thèmes et les formes qu’il souhaite selon vos valeurs, votre esprit, votre façon de penser, et ce, à quoi vous accordez le plus d’importance. Il est important de comprendre qu’il ne s’agit pas de penser pédophiles, homophobes, transophobes, violentes refoulées. La personne atteinte de T.O.C. aura ses idées, mais sans passer à l’action, au contraire ces pensées la rebutent au maximum. Mes phobies d’impulsions touchaient les thèmes suivant : -Violence, homosexualité, mon couple et la mort.

Je ne souhaite à personne de passer par les mêmes émotions et peurs que j’ai eues, car cela gâche un bout de votre vie, je vous le jure. J’étais rendue à faire des compulsions durant 10 à 12 heures par jour sous forme de réassurance sur l’internet, de compter le nombre de fois où je prenais ou touchais quelques choses et j’avais des rituels mentaux. Ce trouble, après 2 mois intense à ne plus fonctionner à la maison, m’a mené à l’hôpital. J’ai été hospitalisée dans une unité de psychiatrie générale avec une équipe humaine et à l’écoute de mes besoins. Grâce aux multiples conseils des médecins et des infirmières, j’ai réussi à m’exposer à mes t.o.cs. Cela a pris près d’un mois avant que j’accepte de sortir de l’étage de l’hôpital, car je croyais que j’étais psychopathe tellement j’avais des pensées débilitantes. Heureusement, on me rassurait que je n’étais pas atteinte de psychopathie, mais bien d’une forme très sévère du trouble obsessionnel compulsif.

Depuis ma sortie de l’hôpital, je réussis chaque jour à affronter mes idées parasites, car oui malgré les médicaments elles sont encore présentes. Je fais de la thérapie par exposition pour diminuer l’anxiété et je lis au maximum sur le sujet pour m’aider à m’en sortir.

Je sais que je ne suis ni folle ni psychopathe, mais seulement atteinte du trouble obsessionnel compulsif. Je vous joins des liens ci-dessous pour mieux comprendre les différents thèmes du trouble obsessionnel compulsif : –https://www.public.fr/News/Psycho-Quand-ce-toc-vous-pourrit-votre-relation-1471420http://centerforanxietydisorders.com/treatment-programs/obsessive-compulsive-disorder/hocd/https://fr.wikipedia.org/wiki/Phobie_d%27impulsionhttp://ctah.eu/espaces.php?ref=1191

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close